Voir [comme] Anders Petersen

La Bibliothèque nationale de France, dans la galerie Mansart de son site Richelieu, présente du 13 novembre 2013 au 2 février 2014 la première rétrospective du photographe suédois Anders Petersen.

Né en 1944, Anders Petersen est l’élève du photographe Christer Strömholm (né en 1918, décédé en 2002). Il réalise sa première série en 1970 au Café Lehmitz, café du quartier rouge de Hambourg, où il rencontre et photographie la population nocturne, telle que prostitués, travestis, dealers et drogués. Les photographies de ces soirées sont publiées huit ans plus tard en un ouvrage éponyme. On pourrait d’ailleurs rapprocher pour leur sujet et leur style la série Café Lehmitz de l’ouvrage Memories of a Dog – Places in My Memory, publié en 1984, du photographe japonais Daidō Moriyama (né en 1938). Comme ce dernier, les photographies d’Anders Petersen se caractérisent par le noir et blanc, un intense contraste et un grain fort. Quant à ses sujets de prédilection, le photographe suédois s’intéresse à relier par son regard et sa pellicule des instantanés du quotidien, d’êtres vivants ou d’objets.

Anders Petersen à la BnF

Exposition Anders Petersen à la BnF. Photos Anders Petersen. Courtesy Galerie VU’ BnF, Estampes et photographie.

À peine arrivé dans la galerie Mansart et on se croit entré dans un palais des glaces. Plus de trois cents photographies, parfois accrochées jusqu’à quatre rangées de hauteur, sans interstice les unes entre les autres, vous accueillent dans les premières salles. Elles s’offrent à vous, vous encerclent et vous fixent tout à la fois. Le malaise ne perdure cependant guère longtemps. Les sujets représentés ne semblent plus si agressifs, mais presque sympathiques et bienveillants. On ressent le photographie, son oeil et son caractère, sans doute timide et agréable, non pas par le sujet qu’il nous donne à voir mais en prenant sa place, comme si nous étions à sa place au moment de la prise.

Je pose au fond toujours la même question : qui êtes-vous ? On peut la poser de différente manière, par exemple : quel est votre premier souvenir ?1

Anders Petersen à la BnF

Exposition Anders Petersen à la BnF. Photos Anders Petersen. Courtesy Galerie VU’ BnF, Estampes et photographie.

La rétrospective se trouve être un kaléidoscope chronologique, muséographique et technique. Déjà, le parcours de l’exposition remonte le temps : la muséographie s’ouvre sur la dernière série de l’artiste, intitulée City Diary, encore de nos jours poursuivie, et s’achève sur la première, la mythique Café Lehmitz. Ensuite, la muséographie étonne également par les nombreux et variés modes d’exposition : encadrements réalisés pour l’exposition, encadrements vintages de l’artiste ou encore simple pushpinage (accrochage à la punaise). Enfin, les photographies illustrent, outre leurs sujets, des techniques différentes comme les épreuves au sel d’argent, les tirages vintages, les impressions numériques. La rétrospective Anders Petersen démontre dans la structure même de l’exposition les nombreuses et variées facettes de l’artiste.

Cette rétrospective est superbe, et ce malgré le silence des cartels et des notices et les murmures des noms des séries. Quelques explications, ou tout au moins des citations de l’artiste, auraient permis de contextualiser un minimum la volonté, les désirs et les pensées d’Anders Petersen aux moments du cadrage, du déclenchement, du tri des photographies et de la constitution de ses séries. Mais tant pis, nous nous contentons parfaitement du silence hanté par le regard et l’esprit du suédois Anders Petersen.

La rétrospective Anders Petersen se tient à la Bibliothèque nationale de France, 5 rue Vivienne, du 13 novembre 2013 au 2 février 2014. Ouverte tous les jours sauf le lundi, de 10h à 19h. Le catalogue de l’exposition est vendu au prix de 49 euros.

  1. Launet, Edouard, « Anders Petersen, l’envie des autres », in Libération.fr, 11 novembre 2013. [En ligne]. Disponible à l’URL http://www.liberation.fr/photographie/2013/11/11/anders-petersen-l-envie-des-autres_946166, dernière consultation le vendredi 15 novembre 2013. []

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :